Conférence: Le roman amazighe traduit en français: Cas de Tawarguit d imik

You are currently viewing Conférence: Le roman amazighe traduit en français: Cas de Tawarguit d imik

Said Dhaïby

La salle des conférences de l’Institut Français d’Agadir a abrité le 29 octobre 2014 une importante conférence sur le thème : Le roman amazighe traduit en français: cas de Tawarguit d imikk. Cette rencontre a été animée par monsieur Mohamed Sguenfel, professeur chercheur à l’université Ibn Zohr, en présence de l’auteur Mohamed Akunad et de son traducteur Lahcen Nachef, devant une nombreuse assistance.

L’animateur a d’abord présenté les deux conférenciers et a fait une présentation au cours de laquelle il a notamment parlé de la culture amazighe essentiellement orale et des tentatives plus au moins réussies pour son passage à l’écrit. Il a donné un bref aperçu des expériences entreprises dans ce domaine en mentionnant quelques précurseurs.

Ensuite c’était au tour de l’écrivain de prendre la parole. Il a fait une brève intervention en français, admirablement réussie lui qui est plutôt arabophone de formation et écrivain et poète en Tamazight. Il a fait un bref historique de la littérature amazighe et ses pionniers en insistant notamment sur le premier romancier connu APULEE qui a inventé le genre romanesque des siècles avant les romanciers occidentaux. En effet, souligne l’orateur, ¨L’Âne d’or (Ou Métamorphoses) était l’œuvre de ce grand penseur d’origine amazighe sans oublier de mentionner entre autres le célèbre Saint Augustin. Ensuite il prend la parole en sa langue d’écriture pour parler dans sa langue maternelle de son expérience d’écrivain et des difficultés qu’il avait rencontrées. L’écriture romanesque en Tamazight, souligne l’auteur, n’est qu’à ses premiers balbutiements et a évoqué quelques tentatives de ses prédécesseurs telle l’expérience de Afulay (Aboulkacem El Khatir) qui a entrepris cette aventure romanesque en tamazight. Ensuite il s’est focalisé sur son roman Tawarguit d Imikk, objet de la rencontre. Il reconnait avoir rencontré pas mal d’embûches mais son désir de relever le défi était plus fort. Aujourd’hui, dit-il, mon travail ne m’appartient plus, il est la propriété des lecteurs. Le succès retentissant rencontré par son premier ouvrage l’a encouragé à poursuivre l’aventure puisqu’il a publié par la suite deux autres romans Ijjigen n tidi (fleurs de sueur) et Tamurt n Ilfawn (le territoire des sangliers).

ifa_2014

C’était autour du traducteur de prendre la parole en insistant particulièrement sur les problèmes rencontrés et les hésitations qu’il ressentait avant de tenter l’aventure de la traduction chose qui n’était pas facile, reconnait-il. Homme de défi qu’il est, il s’est lancé dans la besogne et en parfaite collaboration avec l’auteur il est parvenu a traduire avec brio cet ouvrage en français auquel il a donné le titre on ne peut plus osé : Un youyou dans la mosquée. Il a longuement évoqué ce choix qui, admet-il, est un peu provocateur vu la sacralité de ce lieu de culte. Mais c’est aussi un titre intelligemment choisi par son sens accrocheur et stimulateur de la curiosité chez les lecteurs potentiels.

akunad_ifa

Et avant d’entamer les débats, les deux intervenants ont lu respectivement deux passages de l’œuvre en Tamazight et en français. Vient après les interventions du public qui étaient fort intéressantes et instructives. Celle qui a le plus attiré l’attention est celle de Mohammed Amarir qui a fait une véritable critique du roman en question. Pour lui, ce travail mérite d’être reconnu à sa juste valeur et il a salué l’effort fourni. Mais cela ne l’empêche pas, en véritable critique objectif, de noter quelques remarques concernant le genre d’écriture dans lequel on peut classer cette production. Selon monsieur Amarir, c’est plutôt un récit, une sorte de narration d’une série d’événements, caractéristiques propres au récit et non au roman car dit-il, « il n’obéit pas aux normes occidentales de l’écriture romanesque ». Ensuite il a fait une analyse approfondie des personnages et des événements contenus dans le livre. D’après lui, Ssi Brahim, le fqih n’était pas un vrai héros, plutôt un anti héros. Bien sûr ce personnage a commis l’irréparable, un blasphème en prêchant en Tamazight mais pour le critique c’est surtout l’attitude de la jeune femme qui a lancé le fameux youyou à l’intérieur de la mosquée pour rendre hommage a Ssi Brahim qui a valorisé les femmes du douar et a reconnu leurs mérites et celui de Azrour, encore plus audacieuse puisque il s’est attaqué à l’autorité du makhzen en giflant le caïd. Au cours des réponses aux différents questionnements du public, monsieur Akunad s’accroche au fait que son livre est un roman à l’amazighe et que lors de son écriture, il ne voulait pas imiter le roman occidental. Les organisateurs étaient très satisfaits vu le nombre et surtout la qualité des présents. Etaient présents, entre autres le poète et écrivain Mohamed Moustaoui, une des figures imposantes de la culture amazighe et auteur de nombreux ouvrages, le grand peintre Abdallah Aourik et le poète et nouvelliste Mostapha Houmir.